Etudiants Toulousains pour l'Aide Internationale

Bonjour Invité
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Premier contact au Vietnam

Aller en bas 
AuteurMessage
marine
Membre de l'Association
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Ici et ailleurs, si possible jamais au même endroit!
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   08.11.05 16:19

Si le clique grossissant marchait pour tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent
Président 2004-2005
avatar

Nombre de messages : 761
Age : 35
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/12/2004

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   03.08.05 2:59

RECETTE POUR UN FILTRE A EAU

Prenez un bidon vide, percez le, posez ensuite un embout qui permet une communication entre l'intérieur et l'extérieur du bidon


Prenez maintenant un petit seau, percez son fond en son centre et posez-y un coude, remplissez le de sable, et posez le au fond du bidon (avec le sable si possible !)


Reliez habilement le coude du seau à l'embout du bidon


Mettez le charbon
jusqu'au niveau
du petit seau


Verser le sable jusqu'en haut (avec le sourire !)


Un petit coup d'eau pour tasser le sable


Un petit coup......Une petite démo
de PAC).............pour les habitants


Resultat:
à gauche: avant
à droite: après


_________________
GPF : Great Pig Florent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
etai.vietnam
Dieu du Forum (BG31)
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   26.07.05 12:05

Mercredi matin je descends prendre mon petit déjeuner à 7 heures (café glacé) comme tous les matins, pour partir à l'hôpital. Mais là je tombe sur Florent qui me dit : "Il faut quelqu'un pour s'occuper de la conception des filtres à eau avec Adrien. Ca te dit de le faire ?
- Ouais carrément, mais bon l'hôpital…?
- Ne t'inquiète pas. Je leur expliquerai."
Et voilà comment j'ai pu m'obtenir une rallonge de sommeil d'une heure en attendant qu'Adrien daigne se lever.
Le projet des filtres à eau avait été évoqué lors des dernières réunions avec Javva Vietnam. Comme je n'étais pas présent Adrien pourra compléter éventuellement mon récit sur ce qui concerne la mise en place du projet. Des experts en eau avaient fait des analyses d'eau du Fleuve Rouge et avaient garantit qu'avec un modèle simple de filtre on pouvait rendre l'eau du fleuve potable, de la même façon que cela était fait sur les rives du Yang Tsé Kiang.
En effet si les habitants du Fisher Village ne boivent que rarement de l'eau du fleuve rouge (ils en achètent à des riverains possédants des filtres – ce qui leur coûte cher), ils la consomment semble t'il pour toute leur hygiène (vaisselle, linge, ménage, hygiène corporelle alors que c'est une eau boueuse et particulièrement sale.
Voici le modèle de filtre à eau :



Nous nous rendons vers 8h30 à l'UNDP où Pierre nous attend. On est rejoint par Ha et un vietnamien volontaire mais surtout employé d'un magasin de filtre à eau. Le Vietnamien avait réveillé Ha pour qu'elle fasse l'interprète. Il commente ce que nous faisons en permanence de façon peu pertinente et nous vente les mérites de son magasin. Cela exaspère Pierre qui doute de ses motivations charitables à cette action de volontariat.

A l'ordre du jour : acheter de quoi faire un filtre, puis le construire et enfin l'essayer. Nous partons avec le splendide 4x4 de l'UNDP luisant de propreté, conduit par son chauffeur.
En premier lieu nous allons acheter du charbon actif dans le magasin du vietnamien insistant histoire qu'il arrête de nous bassiner. La négociation se fait facilement et on repart avec 5 Kg de ce charbon. Dans la foulée on achète un peu de tuyau. Dans la rue on trouve facilement un tas de sable jaune, on en remplie un grand saut après avoir demandé au propriétaire. Dans un magasin de produits chimiques on achète un sac de 25 kg de PAC (poly amine chloride) sensé faire précipiter les grosses particules avant de mettre l'eau dans le filtre. Il ne nous manque alors que les sauts / bidons. Ha nous indique un quartier ou elle connaît des commerçants vendant des sauts, des bassines, des poubelles en plastique de toutes sortes. Mais une problématique particulière se présente. Les bateaux sont petits, la place prise par le filtre ne doit pas être trop importante. Les bateaux flottent donc le poids du filtre ne doit pas trop déséquilibrer le bateau. Une bonne filtration est garantie par une hauteur de sable et de charbon (30 cm +30 cm = il nous faut des bidons d'une trentaine de cm), pas par leur quantité. Bref les sauts qu'on nous propose ne conviennent pas : ils s'évasent vers le haut ! Nous préférons le bidon ayant une forme ovoïde (comme un tonneau). Mais ceux que l'on voit ne sont pas à vendre et ici commence la longue lutte de recherche de ce type de bidon. On refuse même de nous dire où ils ont été achetés sans payer le renseignement un bon prix. On se retrouve même au grand dépôt de la Bia Ha Noi (bière de Hanoi) pour tenter d'avoir des tuyaux pou savoir ou trouver ce genre d'article (que l'on voit utilisé un peu partout ce qui est assez énervant). Ce n'est qu'après le repas, en discutant avec des types que nous avons interpellé en voyant les bidons tant convoités (qui cette fois ci contenais des trucs nauséabonds pour nourrir des cochons, tel que nous l'explique par gestes et mimes explicites un sourd-muet), que nous finissons par apprendre que l'on peut en acheter au "mauvais marché" à une quinzaine de km de Hanoi.

Pierre n'étant pas disponible, ce n'est que nous quatre qui partons en 4x4 vers le mauvais marché. La fin du trajet est remarquable : 5 km de pistes en terre construite sur un monticule dominant de 5-6 mètres les rizières. Le chauffeur du 4x4 s'en donne à cœur joie. Ha suivi de son nouvel acolyte trouvent le bidon et le négocient sans difficultés.
De retour à l'UNDP on attaque la fabrication du filtre. Elle se fait rapidement et avec pour seul outil : mon couteau suisse ! On s'aperçoit que le Vietnamien a volé quelques pièces supplémentaires dans le magasin de tuyau. On n'est pas très content de ce genre d'attitudes mais ces pièces se révèlent utiles pour jointer les tuyaux de façon étanches au niveau des trous percés dans le saut et le bidon. Cette construction intrigue les chauffeurs et autres employés vietnamiens de l'UNDP qui tiennent absolument à nous aider avec des attitudes semblant dire : "pousse-toi le jeune européen, moi, je sais faire, je sais utiliser mes mains, moi". On s'oblige à recommencer chaque étapes de la fabrication pour que je filme tout (!). Au bout de 20 minutes c'est fini, on peu l'essayer. Avec de la terre on élabore de l'eau boueuse.

Le cœur battant, la bouche pâteuse, l'estomac noué (non j'en fais pas trop) on verse l'eau noirâtre dans le filtre en regardant d'un air inquiet le tuyau. Déception ça commence à couler mais ça coule marron. Mais petit à petit l'eau s'éclaircit et finit au bout de 10 minutes par devenir lipide. On est fier. On aurait bien entreprit une danse de l'eau s'il n'y avait eu les regards inquisiteurs des Volontaires costard - cravate de l'UNDP.
Du coup on vole quelques mini - bouteilles vides de la salle de conférence portant le petit logo UNDP, une bouteille pour recueillir l'eau transparente une autre pour montrer comment l'eau boueuse était boueuse : comparaison stimulante pour l'orgueil. On ne s'aventure quand même pas trop à boire l'eau : le bidon était sale (il a manifestement contenu des produits chimiques avant), le sable est sale…enfin c'est juste le prototype pourvoir si mécaniquement ça marche correctement, et si ça paraît fonctionnel (débit, volume, poids…). Test concluant.

Un test est moins concluant : c'est celui de l'utilisation du PAC. Ce produit est sensé faire décanter les grosses particules au font de l'eau après précipitation. Mais bon, on a beau mettre une cuillère de cette poudre jaune dans un verre d'eau boueuse, rien ne semble se passer, si ce n'est que le liquide apparaît plus jaune, ce qui nous fait une belle jambe. Personne n'étant particulièrement fort en chimie, je tente une recherche sur Internet pour tenter de comprendre comment il serait possible d'utiliser ce produit. Je comprends pas trop les documents que je trouve et la question reste non encore élucidée à la fin de la soirée. On décide d'interroger le lendemain l'expert en eau de l'UNICEF (c'est lui qui avait suggéré l'utilisation de ce type de filtre et l'utilisation de ce produit).
A cela s'ajoute dans le programme du lendemain le peaufinage du filtre : nettoyage du bidon, nettoyage du sable, remplacement du charbon actif par un charbon encore mieux dont j'ai oublié le nom et test réel.

C'est donc le lendemain que l'on apprendra du type de l'UNICEF qu'en fait, on a mis trente fois trop de PAC dans l'eau pour que ce soit utile (10 g pour 20 l pour du PAC à 8% d'après les recommandations, et nous on avait du PAC à 29%).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Florent
Président 2004-2005
avatar

Nombre de messages : 761
Age : 35
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 07/12/2004

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   25.07.05 10:37

Voici quelques illustrations de cette aventure.

UN PETIT CLICK DESSUS, ET ELLES APPARAISSENT PLUS GROSSES!!!


LES MAISONS DU FISHER VILLAGE


Ces maisons-bâteaux sont construites par l'habitant. Il faut entre 2 à 6 jours pour en construire une.
Elles sont fabriquées avec des matériaux de récupération, et du matériel acheté. C'est ainsi qu'elles sont composées d'une charpente en bois, posée sur un assemblage de bidons, le tout recouvert par des tissus,et des tôles.

LE PARC



LE REPAS REALISE PAR NOTRE ASSOCIATION



L'ECOLE




_________________
GPF : Great Pig Florent


Dernière édition par le 03.08.05 3:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
etai.vietnam
Dieu du Forum (BG31)
avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 19/11/2004

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   24.07.05 23:34

La logistique bien huilée de ce repas gastronomique

C'est vendredi soir autouar d'une Bia Hoi ( "bière pression" bue sur le trottoir juche sur des tabourets d'une quinzaine de centimètres de haut) que Pierre s'entretenait avec Thomas :
" - Ce serait bien qu'il y ait un repas avec les gens du Fisher Village dimanche.
- Ouais…" Thomas n'etait probablement pas très attentif du fait qu'il venait, l'après-midi même, de se faire voler tous ces papiers dans la rue ( passeport, visa, carte bleue, permis…la totale ).
" - Ce serait bien que vous vous occupiez de l'organiser…
- ….
Euh quand ca ???
- Dimanche.
- Gloups…. Mais ou kan koi koman ?
- Bah tu peux aller voir à l'auberge de jeunesse, peut-être qu'ils pourront nous prêter leur locaux.
- Et il y aurait combien de personnes ?
- Bah, les enfants du Fisher Village, éventuellement leurs parents, et puis les volontaires de Javva Vietnam et vous….
- Bon …. Eh beh …. OK. Je vais tacher d'organiser ca demain puisque de toute façon je dois rester à Hanoi pour tacher de débuter la paperasse de renouvellement de papiers."
Voilà probablement la teneur de ce qui a du être leur dialogue.

Du coup le lendemain est occupe en bonne partie par les embassaderies et policeries de rigueur auxquelles je me joins suivi de Xavier afin que le pauvre bougre se sente moins seul pour ma part, et pour que Xavier serve d'interprète auprès des policiers dont la compréhension est fortement ralentie par leur mauvaise volonté…

Mais bon en milieu d'après-midi nous avons un peu de temps pour nous rendre à l'auberge de jeunesse dont Pierre nous avait donné la carte de visite. Une charmante vietnamienne nous accueille dans un français très correct. Elle nous écoute attentivement et semble intéressée par notre idée. Mais elle n'a pas la place, il y a beaucoup de client durant l'été, la cuisine est utilisée… bref malgré un enthousiasme manifeste, elle ne voit comment il était possible d'organiser un repas pour une quarantaine de personnes dans son auberge. Cependant elle nous dit qu'elle va en parler à son mari qui tient un bar su le bord du Fleuve Rouge et qui pourrait éventuellement nous prêter sa terrasse et sa cuisine. Le mari est appelé illico, un rendez-vous est fixé à 19 heures.

Après un nouveau passage chez les flics de Thomas on retrouve Ha ( volontaire de Javva ) qu'on avait appelé à la rescousse afin de superviser la partie culinaire de la logistique (Thomas à cette époque était encore incompétent en cuisine vietnamienne, ce qui a bien changé depuis, je vous recommande vous faire inviter chez lui, il habite à Toulouse rue Pierre Benoit, son numéro de téléphone c'est : 06 31…. ).
On se rend donc à ce bar : le Barracuda, une ambiance de franche rigolade australienne où les hommes (en caricaturant un peu) avait une choppe dans une main et leur épouse vietnamienne dans l'autre.
Le patron s'appelle Michael, et cet australien blanc taillé comme une armoire à glace a un style qui fait un certain contraste avec celui de son élégante femme. Mais son accueil est particulièrement jovial…
"Oui, oui, pas de problème, voici la cuisine, voici la terrasse…."
C'est étonnant, rien ne lui semble poser problème, il est d'accord sur toute la ligne, alors qu'on lui demande squater son bar la veille pour le lendemain et qu'on ne connaît ni d'Eve ni de Bouddha. Le Vietnam est un autre monde, même avec les occidentaux (question : un australien : est-ce un occidental ?).
Ha semble assez contente, ça lui paraît convenir. Pour remercier, on boit une bière au comptoir, en discutant le menu du lendemain, on décide : nems et puis des nouilles au porc grillé. C'est la première bière que boit Ha (23 ans) et bien qu'elle n'en ait commandée une demi elle se sent soul au moment de sortir du bar !! Ivresse psychologique probablement, mais bon assez hilarant tout de même : "Je suis toute rouge, n'est ce pas que je suis toute rouge, tout le monde me regarde, c'est la honte pour une jeune fille vietnamienne, blabla blabla…." Dit-elle en s'agitant en tout sens, les mains sur les joues pour en cacher l'hypothétique rougeur…. Evidemment les gens du bar qui ne se seraient certainement pas ému d'une quelconque ivresse, la regardent, étonnés de son attitude étrange !
Du coup c'est Tom qui conduit le Motorbike sur le retour.

Le lendemain Ha a un peu de retard au rendez vous fixé à 7 heures pour aller faire le marché. Le nombre d'ingrédients nécessaires pour faire des nems est considérable (pour plus de détails, demander à Thomas, désormais c'est lui l'expert ). Moi je filme tous les ingrédients à chaque achat (et je fais le porteur), tandis que Ha et Tom s'interrogent sur la quantité nécessaire et négocient avec le commerçant. Comme les éléments s'achètent un par un et les négociations étant longues, les achats prennent pas mal de temps.

La matinée se poursuit dans la cuisine du Barracuda qui est assez sale et peu pratique. Mais bon, petit à petit, et grâce à l'aide de quelques volontaires de Javva et de Claire et Noémie, le repas se prépare sans trop de difficultés. Vers midi les enfants arrivent et jouent un moment sur la terrasse du bar qui donnent sur le Fleuve. (Pas mal de photos ont été prisent à cette occasion et je tacherais d'en joindre certaines à ce récit.) Les enfants successivement : pillent l'arbre produisant des baies, organisent des jeux de trap-trap, jouent à un jeu de dragon (6 gamins constituent le dragon en se tenant par les épaules, un autre, le chasseur je suppose, doit en attraper les membres, mais la tête du dragon protège les membres et le chasseur doit manifestement l'éviter pour aller attraper les autres accrochés derrière la tête du dragon, pour le reste des subtilités éventuelles des règles je reste ignare), ils chantent des chansons et sautent sur les épaules des européens. Certaines petites filles viennent aider Tom et Ha qui finissent les cuissons et apprennent ainsi à faire frire les nems.

A une heure le repas est prêt est un franc succès : assis par terre sur les banderoles Carlsberg Beer au premier étage, tout le monde y a fait honneur.

Bref une réussite plutôt satisfaisante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marine
Membre de l'Association
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Ici et ailleurs, si possible jamais au même endroit!
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   09.07.05 5:34

Et ben oui, effectivement, y a eu du nouveau avec le Fisher Village.
Nous sommes retournes a une reunion secrete, ou nous avons convenu d une nouvelle journee en compagnie des enfants.
Le rendez-vous fut dc pris, et la vie suivait soncours.
Le vendredi ns retrouvons Pierre au Bia Hoi (bierre pression pas chere), et la nous apprenons que l organisation de la journee, et dc du repas, repose sur nous!!!!
PANIQUE PANIQUE!!!!!!!!!!!!!!! NOus n avions pas compris les choses comme ca!
Dc la journee du samedi fut reservee pr trouver quoi faire a manger, et ou, sous entendu comment!
Et c est la qu il faut saluer Ben et Thomas qui nous ont degote un bar nous pretant sa terrasse et sa cuisine afin d accueillir tt le monde!Chapeau bas Messieurs, d ailleurs si vous pouviez repondre a ce meaasge afin de commenter les differentes etapes de votre recherche...
dc nous voila partis a 9h, charges de victuailles, et nous investissons la cuisine du Barracuda. Au menu, nems (maison), nouilles(12kg0 et boeuf(5kg),je salue egalement Ha, qui s est chargee d organiser le repas, et dune main de maitre!!!!!!!!
Bref nous voici a 10 ds la cuisine avec chacun son role, a qui le decoupage des oignons, la vaisselle de la veille, la preparation de la garniture des nems....Bref du boulot!
800 nems, 1 fuite d eau, la fin de la bouteille de gaz et 3 coupures d eau plus tard, nous voici en mesure d accueillir tt ce petit monde a manger, et ce fut un succes! Pas de Ferrero Rocher, mais c etait pareil!

Depuis il y a eu d autre peripeties,mais je vous laisse encore sur votre faim!!!Hin hin hin!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marine
Membre de l'Association
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Ici et ailleurs, si possible jamais au même endroit!
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   23.06.05 16:17

La situation se debloque pour plusieurs raisons:
- Tout d abord nos hotes avaient bien besoin de faire la sieste, et les regarder dormir...moyen
- Ensuite nous commencions serieusement a nous sentir en trop(c esr un peu la meme chose mais pas tout a fait quand meme)
- Et enfin, les enfants commencaient a s echauffer (Vu la chaleur, c etait pas etonnant)
Donc, prise de decision, nous bougeons tous au parc botanique, a quelques kilometres. Alors nous voici donc repartis a 3 par motobike, un conducteur, un enfant au milieu, et un etaien(ne) fermant la marche, afin de rejoindre le terrain de jeu.

Le trajet fut folklo, j en appelle encore a mes collaboreateurs pour relater le leur, mais moi j ai eu droit a l arret mettage de jus, et les pompes vietnamiennes sont plus qu anarchiques!!!que tu rentres d un cote ou de l autre c est pareil,Il va sans dire que le mode de communication reste le o combien venere klaxon, ce qui ajoute une note musicale a ce petit tableau! tu te sers dans les 2 sens, je ne sais pas comment fait le pompiste pour s y retrouver!!mais il faut dire que je n etais pas plus attentive que ca, puisque nous avions ete deposes a l entree (ou sortie, c est selon), et que je faisait connaissance avec mon petit protege. Vive les bagues a poule, ca permet de nouer le contact direct!! Bon, ca m en a coute une (envolee sur le trajet, avec le beau ballon de Huong), mais tant pis!Au moins, on avait echange des sourires, c est magique!
Dons on rejoint le reste du groupe devant le jardin, ou nous entrons avec notre troupe de gamins depenailles et terriblement exites. Ils etaient tous a 350%, et ca faisait plaisir a voir!
uisque ca ralait pour marcher, nous nous sommes tous retrouves avec un chtio sur les epaules, avec tout ce qui va avec, c est a dire baston bidon, sautillages, chansons et accelerations (j y ai d ailleurs laisse le fond dde mon pantalon), et donc, fatalement transpiration (on a rien sans rien en ce bas monde). Les promeneurs nous regardaient deja bizzarement, mais patience patience, ce n etait que le debut!!!!
Pour se remettre de toutes ces emotions (c est bien connu, ca creuse!!), nous avons gaillardement englouti(ya pas d autres mots!!) pasteques, litchies et autres melons d eau, tout en vidant un nombre incalculable de bouteilles d eau.
Et nous avons joue, difficilement au depart (trouver un jeu jouable a 25, en jonglant avec 3 langues, c est loin d etre evident!), et ca a fini en relais ameliore, sachant que chaque gamin etait juche sur les epaules d un "grand", qui se prennait autant au jeu, si ce n est plus!!Mais nous n avons eu aucun bobo a declarer, ce qui tient du miracle!!!

En clair,c etait vraiment une apres midi geniale, tous le monde a grandement apprecie, et on etaient bien contents d aller se (d)coucher!!! Mais comment font ils pour avoir autant d energie??!

On reste en contact avec eux, donc s il advenait qu une seconde visite au Fisher Village ait lieu, je tacherai de vous le relater comme il se doit!
Pour le moment, un repas tous ensemble est prevu, mais on ne sait ni la date, ni si nous y partiperons (question de date), mais nous savons deja que nous ne repartirons pas sans leur dire au revoir. D ores et deja, nous avons une delegation prevue a la prochaine reunion, aussi dimanche en saurons nous peut etre un peu plus.
A bientot?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marine
Membre de l'Association
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Ici et ailleurs, si possible jamais au même endroit!
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   21.06.05 17:44

Fisher Village, deuxieme:

Dimanche matin ( l empereur, sa femme et le pti prince), nous avions rdv devant les locaux de l UNDP( C est quoi l UNDP?, c est l United Nations Developement Programme), afin de rejoindre le dit Fisher Village. Alors je passe sur la panique totale (genre ou trouver un ballon, des bobons, des gateaux et un atlas vietnemien, le tout un dimanche et en 1h, et oui, l organisation de l "equipe de coordination" n est efficace que dans l urgence!!!), et sur l impossibilite de trouver un moto-bike(alors qu a peine un demi orteil pose or de l hotel ils ns sautent dessus, la, on en avait besoin, et pas un a l horizon, cest quand meme un monde!!), pour arriver directement o lieu de rdv. Deja, avec Jeanne, on arrive avec 15mn de retard (negociation de fruits pour le gouter ardue, plus la quete effrenee d un moto bike, mais je l ai deja dit), masi O sorprise, nous etions loin d etre les dernieres, puisque le temps de rassembler tout le monde, de trouver un moyen de locomotion pour nous tous(nous etions bien une 20taine devant l UNDP(United Nations Dev...Vous resituez?), et bien 11h30 avaient sonne depuis longtemps. Pour ma part j ai voyage en mini bus (avec clim, si si), avec des "expat" de l ambassade de Belgique, qui travaillent, a qui a la reintegration des jeunes filles vietnamiennes victimes d un trafic de chair fraiche vers la Thailande, d autres sur l intgration des enfants en leur donnant des cours, et des profs en college francais aussi, sans oublier leurs enfants, au nombre de 4, bref, du monde.

Nous sommes arrives a Fisher Village (rebaptise ainsi par nos mhotes de la journee, le nom connu de tous a Hanoi etant la trduction de "village des paumes"...), ou nous ns sommes ts repartis dans des bateaux sur le fleuve Rouge, afin de mieux connaitre les conditions de vie de leur habitants. Alors j en appelle ici a mes collaborateurs, sachant que pour nous (Jeanne, Ben, et les ptits expats), c etait chez un vieux couple sans enfants. Mais ne soyez pas trop impatients, je vais vous raconter quand meme!Je demande juste un complement de mes ecrits!
Bref, nous etions donc chez ce vieux couple, fort sympathique d ailleurs, qui nous a parle de leurs conditions de vie. Pas brillantes, les conditions. Lui( je ne suis pas sure de son prenom, aussi au risque de l ecorcher...). 70 ans, est un ancien de l armee. je n ai pas trop compris pourquoi, mais il souffre gravement du dos, aussi la tache de collecte des ordures incombe a sa femme (67 ans je crois), qui arrive, dans les meilleurs jours, a obtenir 15 000 VND( = 0,75 E), pour manger. On peut donc comprendre le manque de diversite alimentaire, et les carences dont ils souffrent. Ils ns ont tres gentiment offert le the, puis nous avons "bavarde"(Merci Olivier pour ton vietnamien courant!!!). Touts les 10mn environ ils se prennaient leur douille de tabac, en manger ce fruit orange qui colore les dents et qui rend accro, pour compenser la faim. Ils nous ont explique qu il avait fallu 4 jours pour construire leur habitation, et nous etions tous assis d un cote du bateau, aussi le contrepoids a fait que l eau a commencer a rentrer ( le niveau de l eau etant a peine a une 10zaine de cm en dessous de la "coque"). Et notre hotesse qui nous dit le plus naturellement du monde de nous deplacer, car elle ne sait pas nager et que, si elle tombe a l eau, elle "creve" (citation, traduite par Olivier). Violent. Surtout quand elle prend sa douille direct apres sans aucune autre forme de ceremonie. Vietnam, pays des contrastes, on le mesure chaque jours!
Bref, le temps passe (plutot lentement d ailleurs, la barriere de la langue... il faut vraiment que je me mette o vietnamien!!), puis vint l heure de manger(des sandwitch, c etait...decale comme situation), puis suspension, personne ne savait trop q faire, jusqu a ce que........
To be continued (hi hi hi!!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marine
Membre de l'Association
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Ici et ailleurs, si possible jamais au même endroit!
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   15.06.05 11:09

Erratum: c est pas moins d un dollard par mois, mais par jours, quand meme!
je suis desolee
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
marine
Membre de l'Association
avatar

Nombre de messages : 27
Localisation : Ici et ailleurs, si possible jamais au même endroit!
Date d'inscription : 14/06/2005

MessageSujet: Premier contact au Vietnam   14.06.05 16:51



bijour bijour!
je vais vs raconter l hstoire de notre 1er contact autre qu hospitalier:
nous etions entrain de vider gallaillardement qq chopines (a 1500 dongs la biere, ca fait plaiz! la tournee pr 12 a 1E....) quand nous avons, d un coup d un seul, vu apparaitre notre premier contact en la personne de Pierre. Mais qui donc est ce Pierre me direz vous, ce a quoi je vous repondrais "un monsieur qui travaille a l onu sur le developpement". Mais qu'est-ce que le developpement? ben un truc assez obscur en fait, pour resumer on pourrait parler de la volonte de monter un projet regroupant des volontaires desireux d oeuvrer en faveur des populations vivant ds des conditions plus q precaires. on parle d ailleurs de "cooperation internationale". ca, c etait pour la partie technique.dc il est bien connu q la biere delie les langues (sans equivoques, je vous vois venir!!), aussi Pierre (vous savez, le monsieur qui travaille a l onu) nous a-t-il convie a une reunion officielle, mais illegale. c est un concept tt ce qu il ya de plus vietnamien, en fait, tt rassemblement de plus de 5 personnes doit etre declare o poste de police, sous peine d annulation. imaginez, vous vous mariez, et vous avez omis ce petit detail somme toute sans importance, et ben la cavalerir debarque, et pfuitt, plus de mariage!pas de declaration, pas de rassemblement; pas de rassemblement, pas de mariage; pas de mariage, pas de mariage. Ps, cette anecdote est veridique.
Mais revenons a nos moutons, plus de digressions, retour au sujet!
Alors voila, nous (Anne, Flo, Jeanne, Marie et moi) avons illegalement(ouh ca fait des frissons!!) prit part a cette reunion de travail concernant FisherVillage.FisherVillage? Ca vient ca vient: c est un endroit sur les berges du Fleuve Rouge ou des ex combattants de l armee ont elu domicile avec leurs familles. Enfin, sur le fleuve pour etre totalement exacte, car ils vivent sur des radeaux, servant regulierement de bataille navale grandeur nature pour les autorites, puisqu ici, la pauvrete est bannie par decret. si tt etait aussi simple...Bref, on doit se retrouver pr emmener les enfants o musee, puis manger ts ensemble et passer l aprem avec eux. Notre venue etant un pretexte pour leur permettre de faire un vrai repas, car il faut svoir que les habitants de FisherVillage vivent avec moins d 1 dollard par mois, et meme ici, c chaud.Surtout a 5.
donc voila, mon histoire touche a sa fin, nous avons un contact, qui nous permettrai de mieux ns implanter sur place, et peut etre de mener des actions concretes.
A dimanche pour le compte rendu de la journee!!!
To be continued....


Dernière édition par le 25.06.05 9:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Premier contact au Vietnam   

Revenir en haut Aller en bas
 
Premier contact au Vietnam
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» premier contact
» Premier contact avec le forum / Visite des cloisons de Fenetre le 25/06/10
» Haptonomie et premier contact avec bébé
» premier contact avec la sage femme!
» Premier contact et réponse !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Etudiants Toulousains pour l'Aide Internationale :: LE SALON :: CARNETS DE BORD :: Eté 2005-
Sauter vers: